mardi 1 septembre 2015

In Memoriam...

Voilà un article qu'il va m'être bien difficile de rédiger... Si je me force à le faire c'est que j'en ai besoin pour "avancer" et pour expliquer le fait que je me force à reprenne un blog.

Il faut remonter début octobre 2012. Un petit bout de chat est arrivé dans le fond de notre jardin. On n'a jamais su d'où il venait, ni s'il avait une maison, ni même son âge.

La puce s'est avérée être une demoiselle, pas peureuse du tout et même "collante". En effet à l'époque nous avions déjà à la maison une chienne (aujourd'hui âge de presque 15 ans 1/2) et une vieille chatte de 17 ans. Il était donc hors de question (pour mes parents du moins car s'il n'avait tenu qu'à moi j'aurais direct ouvert la porte à la nouvelle venue) d’accueillir une bestiole supplémentaire.
Mais la demoiselle avait de la suite dans les idées et une volonté de fer : elle VOULAIT venir chez nous. Elle est donc restée une bonne semaine à miauler quasi non-stop devant la porte-vitrée du salon... Evidemment, très rapidement on s'est mis à la nourrir dehors même si on savait que, ce faisant, elle risquait encore moins de repartir, mais bon, c'était un petit bout et l'hiver approchait...
Et finalement un beau jour, mon père (ahah qui aurait cru que ce serait lui) l'a laissée entrer.

Que dire... Tout s'est très bien passé avec notre chienne (ahah la pauvre, envahie par 2 chats !), par contre avec la vieille chatte, ce fut beaucoup plus compliqué. On était obligé de les séparer en fermant les portes etc. car sinon dès qu'elles se croisaient, elles se sautaient dessus, crachaient ...
Cette organisation ne dura que peu de temps puisqu'en avril 2013, ma vieille Minette a rendu l'âme..

La petite a donc pris totalement possession de son domaine.

C'était un amour de petite chatte. Elle avait TOUT pour elle, elle était drôle, joueuse, intelligente, tendre, bavarde, câline. Vraiment, elle avait TOUT pour elle..

Depuis son entrée dans la maison en octobre 2012 elle n'avait JAMAIS passé une seule nuit dehors, jamais. Chaque soir, elle rentrait (plus au moins tôt) pour dormir tranquillement dans le salon. Mais le vendredi 7 août dernier, elle n'est pas revenue. Malgré mes appels à répétitions, mes tours du jardin en secouant frénétiquement le sachet de croquettes (ce qui habituellement la faisait revenir en 4ème vitesse). Là, rien... J'ai veillé jusqu'à 1h45 du matin... Je suis montée me doucher puis suis redescendue voir à la porte vers 2h30, mais elle n'était toujours pas là. Je sentais au fond de moi qu'il avait dû se passer quelque chose de grave, j'en pleurais dans mon lit même si malgré moi je voulais garder l'espoir.

J'avais lassé un mot sur la table de la cuisine pour que mes parents le trouve à leur réveil, en leur expliquant ma veillée, que j'avais laissé les volets entre-ouverts pour qu'elle puisse se réfugier si elle était revenue dans la nuit... Et j'avais fini mon mot par : "Par pitié, venez me réveiller en me disant qu'elle est revenue..."

Le matin, je me suis levée, je suis descendue à la cuisine et là ma mère est arrivée, en larmes en me disant : "Je ne sais pas comment te le dire..." Là, j'ai compris. Je me suis effondrée en larmes "Pas elle, non pas elle..." Mes parents l'avaient retrouvée morte dans la rue...

Je vous passerai les détails des minutes, des heures, des jours qui ont suivi. Sachez juste que j'ai une plaie béante à la place du coeur et qu'elle saigne quotidiennement...



 Il m'est impossible de mettre une photo d'elle pour illustrer cet article car depuis ce drame, je n'ai pas pu regarder la moindre photo d'elle... Rien qu'à écrire cet article, je me suis à nouveau effondrée en larmes. 

 Elle n'avait que 3 ans et n'aurais jamais dû mourir comme ça... Ma puce, c'était mon bébé d'amour, mon petit cœur, mon soleil au quotidien...

Je t'aimerai éternellement...





1 commentaire:

  1. J'ai les larmes aux yeux en lisant ton article. J'ai aussi eu une petite chatte que j'adorais (et elle m'aimait beaucoup aussi, parce que javais pris soin d'elle quand elle était traumatisée par son ancien maître et ne laissait personne l'approcher), et elle s'est fait écraser par une voiture quand elle avait un an. J'ai pleuré pendant des jours et je pense que je n'ai pas encore réussi à faire tout à fait mon deuil, alors que ça remonte à deux ans.
    C'est horrible, de perdre un animal qu'on aime si fort, je suis désolée que ça te soit arrivé comme ça.
    Je te souhaite plein de courage et d'amour.

    RépondreSupprimer